Récit et photos de notre premier tour des Bauges. :o)

 

Tout d’abord la préparation:

le camping, nous pratiquons déjà. Mais jusqu’ici, c’est plutôt du style four à micro ondes, cafetière électrique, tente 18 places pour 4 …!

Il nous a donc fallu tout repenser dans le sens de la simplicité et de la légèreté (cf, avec quoi ).

 

dscn0405.jpg

Une bonne partie de ce bazar prendra place dans la remorque sauf, bien sûr,  le réchaud et l’indispensable cafetière qui restent à portée de main dans une des sacoches de ma Lylli.

capture.png

Voici le tracé du parcours, c’est une copie d’écran prise sur « Openrunner« , site qui nous sert à préparer nos virées mais aussi à rêver les suivantes.

 

Départ lundi 30 mars vers 9 heures, le temps est gris et frais,le thermomètre affiche péniblement les 5°, mais on ne va pas s’arrêter à ces petits détails, gants et bonnet et c’est parti. Une fois de plus nous passons pour les dingues du quartier, pas grave, c’est juste une question d’habitude Langue .

Direction Aix les Bains, par la route du Vivier, c’est plus simple et plus rapide pour accéder à la route des Bauges. Ca me permet aussi de tester le trike bien chargé avec la remorque.  Il me faut voir comment je m’en sors, et si les plateaux plus petits que j’ai fait monter suffisent à tracter la carriole. Le verdict, c’est que j’ai bien fait de les changer,  j’ai parfois presque du mal à suivre Lylli qui file bon train, va falloir que je lui charge ses sacoches Innocent .

dscn0406.jpg

Après Aix, c’est Grésy sur Aix, passage pas très agréable d’une petite zone commerciale et artisanale. Et c’est là que commencent les difficultés. Remarquez, nous ne sommes pas surpris, nous avons étudié le parcours! C’est quand même une dizaine de km de grimpette plus ou moins marquée qui nous amène à Cusy. Le rythme est tranquille,  avec plusieurs pauses « techniques ».

A Cusy, changement de rythme, c’est une descente, « à donf »  jusqu’au au Pont de l’Abîme. En trike, la position est très près du sol, sensations garanties!

dscn0408.jpg

Les conditions météo se maintiennent, sans plus, bref ça caille un peu. On distingue cependant sous le nuage les Tours Saint-Jacques, gros monolithes de calcaires qui surplombent le Chéran.

dscn0411.jpg

 

dscn0412.jpg

Le pont de l’Abîme, au dessus du Chéran, entre les montagnes de Banges et Semnoz.

dscn0418.jpg

 

dscn0416.jpg

A mi-étape, après le pont de l’Abîme, pause café bien méritée. Comme d »hab, Lylli se marre Rire .

La suite du trajet sera une succession de montées et descentes jusqu’à Annecy. Nous traversons quelques villages à la fois cossus et proprets, un petit air de Suisse.

dscn0419.jpg

Arrivée au camping municipal du Belvédere à Annecy. Nous sommes les premiers et seuls clients de cette nouvelle saison.

dscn0420.jpg

Mais voilà, quel emplacement choisir…?  Cool   Tiens, celui là, il est plat, pas trop humide, près des sanitaires.

 

dscn0421.jpg

 

dscn0422.jpg

Le montage du camp est rapide, une trentaine de minutes plus tard nous sommes sous la douche.

Après avoir arrimé les trikes et la remorque à un arbre au camping, c’est à pied que nous passerons le reste de l’après midi et la soirée à flâner dans la vielle ville et au bord du lac. Le soir, restaurant (piège à touristes)  et retour à la tente, pour une grande nuit de sommeil. Nouveau test de la journée, le matériel de couchage. Le choix s’avère bon, nous avons dormi comme des loirs, malgré le froid et l’humidité qui règne. Comme toujours, il fait bon sous la couette.

 

dscn0432.jpg

 

dscn0433.jpg

Au petit matin, le soleil pointe le bout de son nez, la journée commence sous de bons auspices.

dscn0434.jpg

 

dscn0435.jpg

 

dscn0437.jpg

Démontage et séchage, avant de tout remettre sur les trikes. Heureusement le soleil semble vouloir être de la partie aujourd’hui. L’intérieur du double toit de la guitoune est trempé par la condensation.

dscn0440.jpg

Petit déj en plein air en compagnie de Dali, rare et beau berger australien.

 

dscn0442.jpg

La Tournette (2350 m) qui domine le lac d’Annecy est encore bien blanche.

dscn0443.jpg

Là, c’est le tunnel de Duingt, sur la voie cyclable qui est sensée, à terme, relier Annecy à Albertville, un jour, peut être, plus tard…. Cependant, il faut reconnaître que la Haute Savoie a vraiment joué le jeu. Cette piste cyclable, constituée entre autre d’une ancienne voie ferrée, fait le bonheur des vélos, rollers, promeneurs, chienchien à sa mémère…Elle commence à Annecy et se termine à Faverges.


dscn0448.jpg

Nous quittons les rives du lac d’Annecy vers Doussard.

dscn0445.jpg

Ensuite, les choses se compliquent.  La palme du grand n’importe quoi revient de façon incontestable au tronçon de deux km environ juste avant Albertville.  Il faut être un vrai psychopathe pour tracer une bande cyclable sur ce qui est ordinairement la bande d’arrêt d’urgence d’une voie rapide. C’est sans doute ce moment qui restera le plus « glauque » de notre périple. Dix minutes à serrer les fesses, avec les semi-remorques qui déboulent à 110 km/heure à quelques dizaines de centimètres des trikes.

 

dscn0444.jpg

 

dscn0446.jpg

 

dscn0447.jpg

 

dscn0452.jpg

 

dscn0453.jpg

Cette seconde nuit, nous la passerons au camping la Maladière à Albertville.  Quelques personnes y résident à l’année. L’accueil est ici aussi très bon, mais l’environnement n’est pas terrible. Tout contre le camping une route où ça roule « fort », une voie de chemin de fer, une centrale électrique dont les turbines ou je ne sais quoi d’autre tournent sans cesse.

Même programme que la veille, après un café, montage de la tente et du couchage, douche… Puis, sieste, l’un dans la tente et l’autre sur son trike. C’est un autre des avantages de nos montures, vous avez déjà tenté une sieste (normale)  sur un vélo droit??? emoticone

Ensuite, retour sur Albertville, en trike cette fois, que nous laisserons chez Nicolas  (c’est le copain d’Anoukia, grande fille de Lylli), après s’être baladé en ville. Après quoi, la maison ne reculant devant aucun sacrifice, restaurant une deuxième fois. Autant nous ne donnerons pas les coordonnées du « gastos » d’hier sur cette page, autant nous n’hésitons pas à recommander cette pizzéria simple et sympa: leSaint Michel. Ils ont un rosé de Bandol, nous nous sommes régalés emoticone

Retour de nuit au camping, rien de bien à la télé, donc dodo agrémenté de différents bruits, trains, voitures, avions…Au moins, la quantité de sommeil aura remplacé la qualité.

dscn0454.jpg

 

dscn0455.jpg

 

dscn0456.jpg

Petit matin frisquet, bonnet indispensable. Je rappelle à toute fin utile, que nous sommes le 1er avril ne te découvres pas d’un fil……..

 

Petit déjeuner, pliage, rangement dans les sacoches et la remorque, la routine quoi et enfin départ pour une troisième journée sur la route.

dscn0458.jpg

Aujourd’hui celle-ci sera vallonnée, elle nous laissera dominer l’Isère en passant par de charmants villages et coins de campagne apaisants. C’est là que le trike est très sympa, nous roulons tranquillement, nous en mettant plein les mirettes de ces paysages que nous traversons souvent sans vraiment les voir et encore moins les apprécier.

 

dscn0460.jpg

 

 

dscn0464.jpg

 

dscn0466.jpg

Le château de Miolans veille sur les vignes.
dscn0467.jpg

 

dscn0468.jpg

 

dscn0469.jpg

 

dscn0470.jpg

Notre itinéraire nous est familier à partir des Marches. A la sortie de Myans, nous récupérons « l’avenue verte » qui se poursuit jusqu’au Bourget. Nous la quitterons à Chambéry pour une traversée bien trop urbaine à notre goût.

dscn0471.jpg

Et comme pour nous tout se termine par un café……!

 

Publié dans : Non classé |le 12 avril, 2009 |3 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

3 Commentaires Commenter.

  1. le 14 avril, 2009 à 8:58 le jardinier écrit:

    Récit attrayant mais dommage que les photos soient toutes en miniature. On n’en profite pas et il est fastidieux de cliquer sur toutes pour les agrandir.

    Bonne continuation.

  2. le 5 juin, 2009 à 18:22 Piticar écrit:

    hmm continuez!! ça donne envie. Il faut que j’économise mais c’est trés tentant. Je suis passé au « vélotaf » il y a un an ce serait donc une suite logique :)

  3. le 6 juin, 2009 à 20:05 bandiera écrit:

    Bravo
    depuis le 1er mai 2009
    une piste existe entre cesarches et albertville, evitant cet infame tronçon, qui fut la seule piste cyclable de France sur autoroute
    et soney ugine en construction

    ns a Faverges ns ns sommes battus pour
    mais sur le coup alabrtville dire merci a françois Rieu, conseiller (de gaucher, et cyclo) d’albertville

    le Glaude
    http://www.Biclou.com

Laisser un commentaire

Gite du Fresne |
site Créa-Tif du lycée Andr... |
ichbincarole |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CLUBFREEDOM ET REVOLVINGTRAVEL
| Sage-femme au Poste de sant...
| Aventure Libanaise